Le zénith et la nuit : traces d’un architecte du siècle dernier

Exemples de réalisations de Jean Frédéric Wielhorski

Exemples de réalisations de Jean Frédéric Wielhorski à Tours

Une fois passées les grandes figures du Mouvement moderne, il est parfois assez difficile de faire la biographie d’architectes du XXe siècle, l’extrême majorité d’entre eux n’ayant pas laissé d’archives personnelles dans des collections publiques. Un jeu de piste s’installe alors, qui peut être facilité par un ensemble spécifique de dossiers conservé aux archives nationales : les agréments d’architectes de la Reconstruction.

L’administration du régime de Vichy est en effet confrontée, après l’offensive allemande de 1940, à une tâche considérable, toutefois inégalement répartie sur le territoire. Le titre d’architecte n’étant pas réglementé, il faut aussi faire le tri parmi les maîtres d’œuvre qui seront appelés à diriger les futurs chantiers. Jeunes ou vieux, novices ou expérimentés, les architectes doivent compléter un formulaire, renvoyé à Paris pour ceux vivant en zone occupée, et à l’hôtel Carlton de Vichy pour ceux en zone non occupée. Ces formulaires comptent de nombreuses informations intéressantes pour l’historien : l’état-civil du candidat, sa formation, et le résumé de ses principaux travaux exécutés. Tout architecte doit indiquer les travaux pour lesquels il désire être agréé. Ceux n’ayant pas ou peu de clients peuvent indiquer les régions dans lesquelles ils espèrent être affectés, le cas échéant en collaboration d’un confrère ou sur un poste de fonctionnaire.

C’est par ce moyen que j’ai trouvé les circonstances, assez tristes, de la fin de vie de l’architecte Jean Frédéric Wielhorski, qui est une figure remarquable de l’histoire de l’architecture tourangelle.

Il est né en 1874 à Nancy ; son père, polonais, est tailleur d’habits. Naturalisé en 1890, Wielhorski étudie à l’école des Beaux-arts de Nancy ; boursier de la ville, il est admis en 1894 à l’école des Beaux-arts de Paris, en section d’architecture. Il s’inscrit dans l’atelier de Victor Laloux, déjà l’un des plus réputés. Sa scolarité est brillante : il multiplie les médailles et récompenses, et remporte en 1903 le Premier Second Prix de Rome. Le jeune architecte complète, dans le même temps, sa formation en devant le premier inspecteur de travaux de son maître pour ses chantiers de l’hôtel de ville de Tours et de la basilique Saint-Martin.

Appuyé par Laloux, Wielhorski est nommé, en décembre 1905, architecte du département d’Indre-et-Loire ; il termine, à ce titre, la construction de la nouvelle gendarmerie de Tours, commencée par son prédécesseur Henri Prath.

Il se constitue aussi une clientèle privée en Touraine, pour laquelle il construit une vingtaine de maisons et de villas – toutes ne sont pas encore connues. Ces immeubles composent un corpus représentant la quasi-totalité du patrimoine Art Nouveau de la ville de Tours, où ce style n’a jamais connu de développement comparable à Nancy. Wielhorski emprunte même, pour des maisons construites pour les grands magasins Duthoo, au langage de la Sécession Viennoise, transposé à la typologie du particulier tourangeau construit sur une ossature en béton armé.

Il quitte la Touraine en 1913 pour rejoindre sa ville natale, où il devient architecte municipal. La Première Guerre mondiale le mobilise pendant 58 mois. Il construit ensuite peu, dans les années 1920-1930, mais donne quelques chantiers monumentaux à Nancy : la bibliothèque universitaire de la place Carnot, le lycée professionnel de la rue Cyfflé, le Monument aux morts du cimetière du Sud. Il remporte aussi en 1937, avec les frères Jean et Charles Dorian, le concours pour le nouveau groupe scolaire du quartier de Placieux, qui ne verra pas le jour.

En effet, la guerre revient. Engagé volontaire malgré son âge – il a 65 ans – Wielhorski sert quelques semaines comme lieutenant à la chefferie du Génie à Nancy.

La suite, il la raconte dans deux lettres, envoyées au commissariat technique à la Reconstruction, avenue Pierre 1er de Serbie, à Paris.

La première, datée du 27 août 1941, sollicite sa participation aux chantiers de reconstruction. Rappelant ses titres et ses réalisations, Wielhorski écrit ensuite : « Je ne suis pas israélite, je suis catholique et Français ; mes quatre frères et moi avons servi pendant toute la guerre de 1914-1918 et en août 1938, bien que dégagé de toute obligation militaire, j’ai contracté un engagement pour la durée de la guerre […]. J’ajoute que je ne fais partie d’aucun groupe politique bien que de cœur et d’esprit je n’ai cessé à aucun moment d’être tout acquis aux doctrines de Charles Maurras, et cela depuis trente et une années. »

Fallait-il revendiquer une adhésion aux thèses xénophobes de l’Action Française pour espérer recevoir l’agrément ? Ou précaution d’un patriote ayant tu sa naturalisation, et craignant d’être laissé en second rang ? Toujours est-il que quelques jours plus tard, le 3 septembre, Wielhorski adresse une seconde lettre, manuscrite, qui accompagne les formulaires qu’il a complétés. C’est, cette fois, le drame d’un vieil homme malade, sans argent et sans travail – drame tristement banal dans ces années d’Occupation – qui est exposé.

« Ce que [j’ai] inscrit [dans les formulaires] demande pour que ce soit très compréhensible un commentaire que je m’excuse de vous exposer.

J’ai fait beaucoup de travaux pour la ville de Nancy, mais à un taux moyen de 1 pour cent. À ce tarif on ne fait pas fortune.

Il me faut donc travailler.

En 1936 au mois de mai j’ai subi une opération grave ; on m’a fait l’ablation de l’artère fémorale gauche de l’aine au genou. Le résultat est le suivant : je marche très péniblement, ne puis faire plus de 200 mètres sans être obligé de m’appuyer contre un mur ou un réverbère, et ne peux plus monter à l’échelle.

Et la circulation du sang ne se faisant plus dans la jambe gauche que par les vaisseaux capillaires, je me refroidis facilement et contracte chaque hiver deux ou trois petites bronchites qui me condamnent à garder la chambre.

C’est pourquoi un travail de bureau me conviendrait mieux car je ne puis dessiner pendant dix heures par jour.

J’ai deux raisons pour souhaiter le Maroc de préférence à toute autre région : d’abord le climat, et ensuite y retrouver ma fille mariée et qui habite le Protectorat. Si vous pouviez m’aider à y trouver une situation vous me rendriez un gros service dont je vous garderai une très sincère et vive reconnaissance.

Mobilisé le 1er septembre 1939, j’ai été comme beaucoup qui se trouvaient dans mon cas, renvoyé dans mes foyers le 30 novembre de la même année. Un décret Daladier rejetait les engagés volontaires trop âgés. Je me suis trouvé presque sans ressource et j’avais mangé mes économies quand fin mai 1940 la ville de Nancy m’a employé.

Taxe d’armement, redevance et assurances sociales payées il me restait 2100 francs par mois, juste de quoi ne pas mourir de faim. Et n’ayant plus besoin de mes services j’ai été licencié le 15 août dernier.

Comme vous le voyez ma situation est pénible. Elle demande que je sois aidé rapidement. »

La sécheresse du dossier administratif dit la suite de l’histoire. Un tampon sur le papier indique que l’agrément est donné le 20 janvier 1942 – simple formalité, du reste, vu le cursus de Wielhorski. Il n’en a probablement pas été informé. Le 20 juin 1942, c’est le greffier du tribunal de première instance de Nancy qui produit un relevé des bulletins de condamnation : il est vierge. Mais quel travail l’administration pourrait-elle proposer en ces temps où tout manque ?

Le courrier suivant, parti de Paris le 5 avril 1943, réclame à Wielhorski d’indiquer trois ou quatre départements dans lesquels il souhaiterait exercer (le Maroc étant hors de propos depuis sa prise de contrôle par les Alliés, en novembre 1942). Il est retourné à l’expéditeur.

Jean Frédéric Wielhorski est alors déjà mort depuis un an. Il décède à Nancy, le 25 février 1942, dans son petit logement du 33 avenue de Boufflers, à l’âge de 68 ans.



Citer ce billet
Hugo MASSIRE (2024, 3 juin). Le zénith et la nuit : traces d’un architecte du siècle dernier. EUPALINOS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://eupalinos.hypotheses.org/969